Melon Farmers

Maroc du Nord, Novembre 2013
Melon Farmers

Fermes à Melons

Ces bons gens vivent avec tellement peu qu’ils dorment sous une bâche. Et pourtant, ils m’ont rempli mon crabe de melons frais sans rien accepter en retour! Quelle richesse intérieure habite ceux dans la pauvreté matérielle.

hallelujah

Sète, France. Novembre 2013
Melon Farmers

Hallelujah!

Voici le bateau que j’ai trouvé après avoir passé près d’une semaine à longer les quais de Sète en recherche de bateau-stop. Vous êtes surement d’accord que l’entrée a quelque chose de totalement divin.

Enchanted Gipsy Town

Sète, France. Novembre 2013

Un Nomad’s Land Enchanté

Un lieu incroyable ou il ne reigne aucunes lois et tziganes vivent en harmonie avec les chameaux. Non, je ne suis pas encore au Maroc! On m’a acceuilli comme un roi, et j’ai passé une superbe nuit avec cette famille hors du commun. D’ailleurs, j’ai l’obligation de mentionner leur nom, avec Jino à gauche et Zaio dont j’ai la main sur l’épaule. Les enfants s’abstiennent de nom, de coutumes aussi d’ailleurs.

Swinde

Sud de la France. Novembre 2013
Moroccan kittens

Swinde Wiederhold, une fille allemande que j’ai rencontrée à Sète, et qui avait déja voyagé 40 mille kilomètres sur son vélo. C’est l’équivalent d’une fois le tour du monde. Chapeau.

Sick

Est de la France, Octobre 2013

Comment tu fais si tu tombes malade?

Cette question revient de temps en temps. En vérité, ça n’arrive presque jamais. C’est sain, la vie dehors! Néanmoins, voici un histoire de quand ça arrive vraiment.

J’ai étanché ma soif dans un ruisseau. Après avoir bu de tant de rivières en Asie sans jamais être tombé malade, ce petit ruisseau annodin dans la campagne francaise ne pouvait présenter aucun risque. A vrai dire, une gigantesque centrale de chimie apocalyptique se trouvait juste plus haut de la rivière, et dieu sait ce qu’il y avait dans cette eau. Il aurait pu me prévenir, d’ailleurs. Bon, après une nuit en enfer ou mon contenu sortait par tous les cotés, j’ai débarqué avec ma roulotte pour douloureusement chercher de l’aide. De l’aide, c’était un petit village idyllique ou j’étais acceuilli à bras ouverts par un tas de gens sympas. On m’a invité à manger (je ne pouvait pas ingérer grand chose), on a même jammé du blues. Dans les jours qui suivait, peu à peu mon système digestif a retrouvé ses sens.

First Downhill

Est de la France, Octobre 2013
First Downhill St-Claude

Première Vraie Descente

Voici la route que j’ai du prendre pour arriver à St-Claude. Avec aucunes plaquettes de rechange et aucune idée de ce que mes freins pouvaient supporter, j’ai dû avoir la foi pour leur confier 160kg dans cette descente! Bref, si je suis encore en vie, c’est que je suis là pour en parler. Ou alors le contraire.