First steps of an ascetic

Dharamshala, Inde. Février 2021

Nos premiers pas d’ascétique

Après 6 mois de vie sédentaire dans la ville de Dharamshala, au nord de l’Inde, je reprends enfin la route. Ou, pour être exact, on reprend la route les deux, et d’une manière assez différente de mes expériences jusqu’à présent.

Haridwar se trouve seulement à 500 km, le lieu de la Kumbha Mela. Le plus grand rassemblement Hindou du monde… parfois dit le plus grand rassemblement humain tout court. Un sacré événement… On sait déjà que la destination sera mémorable. Mais le voyage lui-même, peut-être plus encore: on part de la maison sans un sou, sans aucun type de carte bancaire, sans téléphone, et sans rien de plus que ce qui tient dans nos sacoches – cartes en papier, bouteilles d’eau, une couverture ou deux, un tapis de sol, un récipient à aumônes…

Partir sans argent, c’est vivre purement de ce qui nous est donné. On peut appeler ça foi aveugle dans le karma, ou confiance dans l’univers… et je crois qu’on obtiendra ce qu’on mérite. Si on a faim, c’est qu’on mérite d’avoir faim. Si on se fait arrosé d’offrandes, c’est qu’on mérite une douche d’offrandes. pient à aumônes…

Yi et moi, deux ascètes errants momentanés, ou Sadhus comme on les appelle en Inde, testant un mode de vie où au lieu de gain matériel, chaque respiration, chaque pas est dédié à la conscience. Simple conscience du moment présent.

Alors si tu lis ce message, tout d’abord merci, et deuxièmement, je t’invite à prendre un instant pour détendre tes épaules, aligner ta colonne vertébrale, relâcher ton regard et sentir ton souffle … Observe ça, et vois combien de temps ça dur.

Leave a Reply

(* Ne t'inquiètes pas, ton addresse mail ne sera donnée à personne)