First steps in Western China

Xinjiang, Chine. Septembre 2019

Premiers pas en Chine de l’ouest

J’ai toujours été amoureux de la Chine. Depuis la nuit des temps j’ai une connexion intime avec sa culture et son peuple. Mais cette fois-ci, je dois l’admettre – j’ai vu un autre côté. Un côté nettement plus sombre, que d’habitude on ne perçoit que dans les nouvelles, et encore. Avant de poser pied dans la province du Xinjiang, j’avais une idée de ce qu’il s’y déroulait, and j’ai pris la ferme résolution: quoi qu’il arrive, je n’exprimerai rien d’autre que de l’amour et de la bienveillance envers les autorités et les gens que je rencontre. Cette approche a le pouvoir de transformer un mois qui aurait pu être une oppression insupportable en une précieuse leçon spirituelle.

Et ça a marché! J’aime toujours ce pays du fond de mon cœur! Personnellement, j’ai passé un superbe moment à me cacher de la police, me faufiler derrière les caméras de sécurité, et poser campement dans des tranchées à minuit sans lampe frontale, en observant de loin les patrouilles policières. J’ai eu ma bonne dose d’adrénaline! Mais c’est vrai, j’ai traversé la société la plus opprimé de ma vie. Que puis-je faire, autre qu’amener de l’amour pour un peu éclaircir ce sombre monde? Et de l’espoir. Car espoir il y a. Une société basée sur une majorité de gens malheureux ne peut que s’effondrer. Même si la pointe de la pyramide est ornementée de diamants, sa base tremble. Ce n’est qu’une question de temps avant que tout ne s’écroule.

Donc en attendant, profitons à fond de ces chameaux à 3000m, et comment au monde sont-ils arrivés là?? Baignons-nous avec les yaks et respirons l’air divin dans des lacs turquoise entourés de dunes de sable blanc. Buvons du lait de soja gratuit et mangeons des sacs entiers de fruits – car les locaux, honnêtement, sont si grands de coeur qu’ils t’invitent chez eux même avec le risque d’être attrapés par la police. Oui, d’ailleurs, c’est illégal.

En tout cas la beauté de la nature ne peut être décrite, et aucun homme ne pourra l’altérer. Les civilisations viennent, et s’en vont, mais tout ça ça reste. Ça reste béni. Béni sois-tu, cher ami, et rayonnant comme la nature.

Une petite pensée sur “First steps in Western China

  1. Je ne sais vraiment pas comment tu as réussi à faire ça. L’attitude que tu décris me semble hors d’atteinte. J’étais au Xinjiang en 2014 et j’y avais vécu le calvaire, heure après heure. Je n’ose même pas imaginer comment je vivrais la situation actuelle.
    Et le traverser à pieds, en campant n’importe où ! Leur système a visiblement encore des failles pour que tu aies pu faire ça ! Heureusement pour toi.
    Je te souhaite tout le meilleur pour la suite de ton voyage et espère que ton espoir de voir les choses changer pour les Ouïghours se confirme.

Leave a Reply

(* Ne t'inquiètes pas, ton addresse mail ne sera donnée à personne)