a buddhist story

Turquie du Sud-Est, Septembre 2017

Une histoire bouddhiste

J’ai quitté la ville de Van il y a 4 jours, vers le nord, avec l’espoir de poursuivre ma route vers l’Iran et l’Arménie. Mais au bout de 49 kilomètres, une discussion avec un ami du coin a totalement changé mes espoirs. Après une magnifique soirée ensemble et une nuitée dans sa mosquée, on prenait un petit déjeuner Turque ensemble.

– A vrai dire, ami, quelle est ta route exactement?
– Je me dirige vers Dobugeyazit, en passant par Muradiye. Je devrais y être dans 4 jours. Après, je vire à droite et j’arrive en Iran.
– Impossible, frère. Cette route est barrée. Elle était bien à l’époque, mais c’est maintenant une zone de guerre. Même les transports locaux font le détour, et ça leur rajoute des centaines de kilomètres.
– Sérieux? Et moi, je fais quoi?
– Désolé de te dire, mais ta meilleure option est de revenir sur tes pas. Tu dois faire 40 km dans l’autre sens, et après tourner à gauche. Comme ça, t’arrives en Iran part une plus petite route, qui est à ce jour ouverte. S’il te plait fais-le. Tu es mon ami. Je ne veux pas que tu meures!

Alors j’ai fait ces 40 km dans l’autre sens, et j’ai tourné à gauche. Maintenant, me voici pour de vrai dirigé vers l’Iran. Ça m’a couté 2 jours de marche dans un sens, et 2 jours dans l’autre, avec aucun résultat apparent. On dirait un échec total, mais à vrai dire c’était assez méditatif. Connais-tu l’histoire du moine bouddhiste qui demande à son disciple de construire une maison en pierre sur une colline? Au bout d’interminables efforts, la maison est enfin terminée, et le maître dit à son disciple “J’aime ton travail. La maison est très bien… mais à vrai dire, j’aimerais que tu la démonte, and que tu l’amène à l’autre colline, là-bas. Je viens de me rendre compte que je préfère l’autre colline”

Leave a Reply

(* Ne t'inquiètes pas, ton addresse mail ne sera donnée à personne)